Règles d'orthographe

Vendredi 25 janvier 5 25 /01 /Jan 19:45

L'adjectif de couleur s'accorde, en principe, en genre et en nombre avec le nom : des drapeaux rouges, des cheveux noirs.

Si on accole à un adjectif de couleur un autre adjectif  pour désigner une seule couleur, ils sont invariables et sans trait d'union : des rideaux bleu roi, des coussins jaune clair. L'adjectif complémentaire sert à nuancer la couleur, il est donc inutile de les relier.

Si on associe deux adjectifs désignant des couleurs différentes, ils sont invariables et reliés par un trait d'union : des yeux bleu-violet. Pourquoi utiliser le trait d'union dans ce cas? Pour en faciliter le sens et éviter les confusions possibles. Ce ne sont pas des yeux bleus et des yeux violets, mais bien des yeux d'une couleur intermédiaire.

Si vous êtes plutôt littéraire, vous pouvez toujours écrire : des coussins d'un jaune clair ou des yeux d'un bleu violet. Cela évite de savoir s'il faut accorder ou mettre un trait d'union!

Si les objets sont de plusieurs couleurs, tout dépend du sens. On dira des robes noires et blanches s'il y en a des noires et des blanches, des robes noir et blanc si elles sont imprimées noir et blanc.

Jusque-là, c'est encore assez simple...

Mais si l'adjectif couleur est un nom commun pris adjectivement, alors c'est plus compliqué. On écrira : des uniformes kaki, des robes écarlates, des fleurs fuchsia et mauves... Où est la logique?

La règle veut alors que le nom commun pris comme adjectif désignant une couleur soit invariable : des yeux azur,  des lèvres corail, des cheveux acajou. Pourquoi? Parce qu'il s'agit d'une ellision (omission d'un ou plusieurs mots). Au lieu de dire : des yeux couleur azur, ou bien encore : des yeux de la couleur de l'azur, ce qui serait un peu balourd, on dit : des yeux azur, et azur reste invariable.

Néanmoins, cette règle souffre quelques exceptions : mauve, fauve, pourpre, rose, écarlate, vermeil, incarnat. Pourquoi ce traitement de faveur? On considère, à tort ou à raison, que l'usage prévaut, autrement dit que ces termes-là sont devenus des noms de couleur à part entière. Pourtant, marron et orange sont des adjectifs de couleur aussi communs que mauve ou rose, et beaucoup plus que vermeil ou incarnat !

Au sujet des noms propres pris adjectivement, il ne faut pas oublier le cas extravagant des expressions composées de deux mots ou plus, désignant tout ou partie d'un objet donné, mais employées spécifiquement pour désigner une couleur particulière. Par exemple : des soies gorge-de-pigeon, des carnations café au lait, des robes vert Véronèse, des tentures bleu de Prusse...
Ces expressions ne font pas partie des exceptions précitées. En aucun cas, on ne les accorde avec leurs sujets respectifs. Si vous possédez des rosiers cuisse-de-nymphe, ne vous avisez donc pas de mettre des "s" ni à cuisse, ni à nymphe... bien qu'une nymphe possède indiscutablement deux cuisses!
Mais pourquoi utiliser des traits d'union dans certains cas seulement? En ce qui concerne les expressions désignant littéralement des parties d'un tout (lie-de-vin, gorge-de-pigeon, etc), il s'agit soit d'une pure convention, soit d'un souci de clarté. On n'utilise pas de traits d'union lorsque l'expression ne désigne pas une partie, mais un objet quelconque : des yeux menthe à l'eau. Il existe enfin des cas où l'expression désigne une couleur bien précise, liée à un lieu, à un peintre, à un pigment : vert Véronèse, bleu de Prusse, jaune cobalt, bleu Nattier, violet d'Egypte... Dans ce cas, on n'utilise pas non plus de traits d'union.

Enfin, l'adjectif de couleur peut également être employé nominalement.
Des bleus ciel : "bleu" n'étant pas invariable s'accorde, en revanche "ciel" étant un nom commun pris adjectivement, on ne l'accorde pas.
Des violets profonds : "profond" est un adjectif qualificatif, il s'accorde donc avec "violet".
Des marrons  foncés : "marron" étant employé en tant que nom , et non plus comme adjectif, il s'accorde.

Voir la fiche de vocabulaire sur la couleur
Par L'Hermitage Club - Publié dans : Règles d'orthographe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 23 janvier 3 23 /01 /Jan 19:50
Terminaisons en -ciel ou -tiel :


La graphie -tiel est la plus fréquente. On la trouve après en.

Exception : révérenciel
 

La graphie -ciel se rencontre après la voyelle i et après an.

Exceptions : interstitiel, substantiel.

Cas particulier : partiel


Terminaisons en -sion ou -tion :


La graphie -tion s'utilise surtout après une voyelle, sauf e. On emploie toujours -tion après les lettres c, o, p et le groupe au.


La graphie -sion s'emploie toujours après la consonne l, et souvent après r et n.

Cas particulier : alcyon


Les graphies -cion et -xion sont beaucoup plus rares. Souvent, elles apparaissent dans des mots qui sont dérivés de mots comportant un c ou un x.
Par L'Hermitage Club - Publié dans : Règles d'orthographe
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

  • : Chausse-trapes à L'Hermitage
  • : grammaire orthographe vocabulaire conjugaison Loisirs
  • : Ce blog est la vitrine du Club d'orthographe de L'Hermitage. Vous y trouverez des dictées et divers exercices pour vous entraîner. Nous rédigerons également des fiches sur l'étymologie, le vocabulaire, la grammaire, la conjugaison, les règles d'orthographe et leurs exceptions, les pièges à éviter, les faux-amis, et autres curiosités de la langue française...
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Créer un Blog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés